Chères et chers ami·e·s, chères et chers abonné·e·s,
Dear Psychohistory friends,


 J’ai vécu une semaine d’une intensité rare dans la richesse et de la qualité de ce qui s’est partagé. Je voudrais aussi exprimer ma profonde reconnaissance à vous deux pour avoir maintenu ce séminaire malgré le peu de participantes, c’est un énorme cadeau que vous nous avez fait !
Emma P. (responsable de formation)

 Reprise du travail comme prévu hier matin, il semblerait que je n’ai plus la même approche relationnelle avec les clients. Comme par hasard, je m’intéresse à leur génogramme, pose des questions sur leurs ancêtres !
Emmanuelle L. (infirmière libérale)

 

 

Comme en témoignent ces retours de stagiaires et ces quelques images, notre petite semaine Autour des transmissions transgénérationnelles a été très intense. Ophélie Perrin et moi-même nous réjouissons d’en proposer un autre l’an prochain, aux dates que nous devons encore déterminer.

Je rappelle que nous animerons un quatrième stage Autour du Génie de l’être du 20 au 27 octobre 2024. D’autres informations suivront, mais vous pouvez déjà consulter sa page de présentation, voire vous inscrire et réserver votre semaine qui tombe sur les vacances scolaires de la Toussaint.


Vous trouverez également ci-dessous un témoignage qui s’inscrit dans le travail que nous avons fait sur les transmissions transgénérationnelles. Comme l’explique le psychohistorien Peter Petschauer, certaines traditions culturelles sont effectivement à l’origine de psychotraumatismes. « Mes plus grandes terreurs se sont enracinées au cours de mon enfance dans les Dolomites du Tyrol du Sud », explique-t-il.

Cet essai trait des histoires que l’on racontait aux enfants pour les manipuler, à une époque où les nourrissons étaient encore emmaillotés et abreuvés d’opiacés pour les réduire au silence. Mon collègue confirme que ces psychotraumatismes peuvent être à l’origine de comportements agressifs chez certains ou inciter d’autres à suivre d’habiles bonimenteurs. À méditer donc!


J’ai aussi le plaisir de vous inviter à participer à la 47e conférence de l’International psychohistorical association (IPhA), qui aura lieu par Zoom du 31 mai au 2 juin 2024, soit le week-end prochain.

Le thème principal sera Espoirs et craintes pour notre monde polarisé, avec des sous-thèmes comme la guerre en Israël/Palestine, l’angoisse de la mort et la théorie de la gestion de la terreur, la campagne présidentielle américaine de 2024, les racines de la psychopathologie dans les traumatismes de l’enfance, et bien d’autres. J’y ferai aussi trois interventions!

Les présentations couvriront un large éventail de sujets dans le domaine de la psychohistoire, une discipline à l’intersection de la psychologie/psychanalyse et de l’histoire. Nous accueillons en effet des perspectives diverses qui contribuent à la richesse du dialogue intellectuel de notre communauté.
Je suis persuadé que votre participation à cette conférence enrichira votre propre compréhension, et contribuera également à la connaissance collective et à la croissance de ce domaine encore méconnu des sciences humaines !

Pour consulter le programme et vous inscrire, visiter ce lien ou cliquez sur l’image ci-dessous. Notez que si vous ne maîtrisez pas l’anglais, les interventions seront sous-titrées dans la langue de votre choix.

 

 


Avec mes pensées chaleureuses,
Marc-André Cotton

P.S. Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, cliquez sur le lien de désinscription en fin de page.

 

Nouveautés

Comment les peurs viennent aux enfants
L’auteur est un psychohistorien de renom, qui passa son enfance dans un village isolé des Dolomites italiennes. Il relate l’enracinement de terreurs insondables suscitées par l’obscurité, l’évocation du diable, du mal et de la mort chez les enfants de sa communauté. Son témoignage souligne l’impact psychotraumatique d’usages traditionnels et du comportement des adultes qui jugeaient opportun – et parfois amusant – d’effrayer les plus jeunes pour les manipuler. (04/2024)