> Accueil

> Rechercher



   Regard conscient sur… la guerre


Les guerres sont à ce point liées à notre histoire qu'elles semblent indissociables de la nature humaine. Mais le sont-elles vraiment ? Quels mécanismes individuels et collectifs conduisent un groupe à faire la guerre ? Et pour quels motifs inconscients ?

Comment l’enfance d’un chef d’État influence-t-elle sa présidence ?
Le mensonge et l’abandon ont marqué l’héritage multiculturel de Barack Obama. En dépit d’un humanisme séduisant, il n’a pas pu répondre aux attentes de ceux de ses concitoyens qui l’avaient élu. Retour sur l’origine possible de quelques unes de ses remises en scène les plus manifestes.
(11/2016)
Attentats de Paris : au coeur du traumatisme
Ce que nous ont montré ces jeunes Français d’origine arabe, c’est l’horreur du déni fait à leur conscience depuis leur conception même. Un regard, non pas fou, mais vidé de toute sensibilité humaine par des siècles de répression subie à travers les générations.
(
11/2015)
Du sacrifice de soi au sacrifice de l'autre dans la politique de la famille Bush
La biographie du quarante-troisième président des États-Unis, George Walker Bush, illustre ici les mécanismes par lesquels les adultes inculquent aux enfants des « valeurs » issues de leur propre adaptation à la violence éducative et les enferment dans la reproduction de schémas de comportement douloureux. Une analyse indispensable à l’heure où un troisième Bush se présente comme un candidat républicain potentiel à l’élection présidentielle de 2016.
(07/2015)
Quand l'ombre de la Seconde Guerre plane sur l'Europe
Dans le conflit ukrainien toujours en cours, la transmission générationnelle de souffrances familiales non résolues est la cause de mises en scène parfois tragiques laissant penser que l’Histoire se répète. La compréhension de ses mécanismes permet d’envisager une autre issue et montre l’importance d’un travail de conscience.
(
07/2015)
« Choc des civilisations » ou séquelles d'un rapport destructeur à l'enfant?
Les récentes tueries de Paris et de Copenhague montrent que les conséquences délétères de la maltraitance doivent être mieux prises en compte dans nos sociétés multiculturelles et faire l’objet de mesures préventives auprès de toutes les communautés concernées.
(
04/2015)
Dynamiques collectives et problématiques individuelles
Retranscription de l'atelier de psychohistoire présenté au congrès « Identité et appartenance » de la FF2P, le 29 novembre 2014.
(
01/2015)
Au Nom du Père, présentation du livre au CEC André-Chavanne
Dans ce moment d'échange avec mes collègues du CEC André-Chavanne, je parle de la genèse de mon livre consacré aux conséquences collectives des violences faites aux enfants : Au Nom du Père, les années Bush et l'héritage de la violence éducative.
(09/2014)
Les répercussions des violences familiales sur la société
Retranscription de la conférence donnée à l'Université d'été de Peps, le magazine de la parentalité positive, le 13 juillet 2014.
(
07/2014)
Violences éducatives et champ social
La répétition de situations victimisantes est l’une des causes majeures des violences perpétrées sur autrui. Plus particulièrement, les traumatismes « éducatifs » sont reproduits compulsivement et rendent leurs victimes vulnérables aux manipulations du pouvoir.
(07/2014)
Un autre point de vue sur l'homme et sur le monde : les journées de la psychohistoire
Le 36e Congrès de la psychohistoire s’est tenu à New York, les 5-7 juin derniers. Une palette de chercheurs ont confronté leurs réflexions sur les origines de la violence humaine. Et Peps y a été présenté !
(10/2013)
De la violence éducative aux mises en scène du pouvoir
La politique américaine est le prolongement d’un système éducatif punitif dont les séquelles débordent largement le cadre national. Quelques pistes pour comprendre comment les violences infligées aux enfants génèrent les guerres.
(
04/2013)
Dérives de la psychologie américaine
La collaboration de psychologues dans la guerre contre le terrorisme menée par l’administration Bush a soulevé l’indignation, notamment du fait de leur implication dans les tortures d’Abu Ghraib ou de Guantánamo. Pourtant, les spécialistes du comportement ont longtemps été applaudis pour leurs recherches parfois douteuses visant à conditionner le cerveau humain. Cette obsession de contrôle prend naissance dans les premières souffrances de la séparation, infligées aux nourrissons de façon routinière et exploitées plus tard par leurs éducateurs. Le rôle de premier plan joué par les comportementalistes après 11 Septembre 2001 doit nous rendre attentifs aux conséquences de ces formes de maltraitance.
(
03/2013)
Lautorité en question
Toujours terrorisés à l’idée de mettre en cause l’autorité de leurs pères, les hommes reprochent aux femmes les conséquences de leurs propres actes et font d’elles leurs boucs émissaires quotidiens.
(11/2006)
Guillaume Tell, une illusion fédératrice
Le mythe helvétique galvanise une compulsion collective à humilier et à soumettre les enfants. L’identification au héros vengeur condamne la réalisation de la conscience.
(
02/2006)
Le feu des banlieues
Les violences parentales, dont la circoncision rituelle, font le lit des émeutes urbaines, au cours desquelles les jeunes mettent en scène le viol de leur intégrité. Sur cette mutilation condamnée par le Code civil, les autorités restent étrangement silencieuses.
(01/2006)
Pour qui libéraliser les services ?
En consacrant le libéralisme économique, la Constitution européenne offre à l’élite bourgeoise une sensation de liberté qui ruine le monde.
(
04/2005)
Les démons de l’Amérique
Les citoyens laissent à leurs représentants le pouvoir de manipuler une anxiété collective dont ils refusent de reconnaître l’origine dans leur enfance. La réélection confortable de George W. Bush illustre cette réalité inconsciente.
(
10/2004)

L’origine du mensonge dans la terreur familiale
Les idéologies politiques ont recours au mensonge pour justifier le rejouement de la terreur familiale à l’échelle collective.
(03/2004)

Une guerre menée contre l'intégrité des consciences
Les gouvernements utilisent nos terreurs refoulées pour justifier les guerres. Ils manipulent la part non réalisée en chacun.
(
06/2003)

L’éducation est une guerre qui ne dit pas son nom
À l’origine de toutes les guerres, il y a celle que livrent les adultes du monde entier contre la conscience enfantine. Incursion au cœur d’un conflit séculaire.
(
06/2003)

Le père, facteur d’insécurité
Lorsque le père n’assure pas à la mère la sécurité et la paix nécessaires à sa pleine présence à l’enfant, il crée un climat d’insécurité et de tension qui la détourne de son nourrisson.
(
06/2003)

L’Amérique, un rejouement planétaire
Les Puritains américains imposent au monde les conséquences de leur histoire non-résolue. La tragédie irakienne est une terrible remise en scène justifiée par l’aveuglement de ses protagonistes.
(
04/2003)

La guerre du Golfe, une maladie mentale
La guerre que menèrent les Américains contre l’Irak en 1991 était un rituel sacrificiel destiné à regonfler le moral de la nation.
(
11/2002)

Aux sources du contre-terrorisme américain
Depuis le 11 septembre 2001, les États-Unis mènent une guerre totale contre le terrorisme et préparent aujourd’hui une nouvelle offensive militaire vers l’Irak. Pour saisir l’origine de cette logique destructrice, rejouée sur la scène mondiale, il faut pénétrer dans les arcanes de l’appareil de défense américain, une structure complexifiée de refoulement de la souffrance impliquant d’inévitables passages à l’acte.
(
09/2002)

Terrorisme et mutilations : le monde saisi d’effroi
Les attentats du 11 septembre 2001 seraient-ils l’expression extrême des violences infligées de par le monde à l’intégrité génitale des enfants ?
(
01/2002)

L’invisible ennemi de l’Amérique
La nouvelle guerre de l’Amérique est en phase avec l’état émotionnel de la nation.
(
10/2001)

La cause des génocides
Tant que parents et autorités entretiendront la croyance du Mal en l’Homme, il y aura des génocides.
(08/2001)